Accueil > Groupe télécentres > Embouteillage dans les télécentres du Boulkiemdé.

Embouteillage dans les télécentres du Boulkiemdé.

Le mois de décembre est considéré comme le mois le plus porteur de fête en cette fin d’année 2008. Outre la Tabaski, la fête de la Nativité (Noël), la Saint Sylvestre , au Burkina il y a eu la fête de l’indépendance qui a été ponctuée par des décorations…

Ces différentes festivités ont été une occasion pour les uns et les autres de partager leur joie et leurs nouvelles à ceux ou celles qui leur sont chers. Au-delà des contacts physiques pour les personnes dont la distance ne s’impose pas, il y a ceux qui sont éloignés non seulement à l’intérieur du pays mais aussi à l’extérieur.

Les moyens de communications sont multiples et multiformes. Mais on constate un engouement de la population à utiliser l’Internet comme moyen de communication par excellence pour rester en contact avec leurs parents, amis et connaissances pour les échanges.

Les cybercentres sont les lieux propices pour bon nombre de personnes pour cet effet.

Ici dans la capitale du Boulkiemdé, les salles étaient à tout temps remplies de clients. Ils venaient de divers horizons : Sabou, Réo, Imasgho, les élèves et étudiants en congé venus de Ouagadougou et de Bobo Dioualasso et bien entendu la jeunesse koudougoulaise.

En rappel :Sabou est un département de Koudougou. Il est situé à environ 25km vers le sud ;
Réo, la province du Sanguié est à environ 15 km vers le Nord ;
Et enfin Imasgho, un département également de Koudougou est situé à environ 25km vers le
Nord-Est.

Outre la messagerie électronique, d’autres encore se communiquent directement via Skype, Yahoo Messenger, MSN etc …
C’était le long fil d’attente de part et d’autre. Aboutissant souvent à des querelles entre clients pour l’occupation des postes (machines).

Il faut dire que les cybercentres, vu leur rôle de service public méritent d’être soutenu par l’Etat Burkinabè. Il faut élargir leurs nombres dans les villes et pourquoi pas dans les zones rurales ! Sinon apporter un soutient matériel (ordinateurs) aux cybercentres déjà existant sur le terrain.

Nombreux sont les Télécentres qui au sein desquels on peut ajouter le nombre des ordinateurs pour augmenter la capacité d’accueil du public.

Nous ne saurons terminer cet article sans mentionner l’affluence de la junte féminine qui ne se faisait pas sentir dans les cybercentres. Le défit à relever est d’entreprendre des actions pour attirer cette junte à s’impliquer dans les TIC pour s’épanouir non seulement sur le plan économique mais aussi sur le plan social et surtout éducatif. Comme le dit l’adage : « Eduquer une fille c’est éduquer une Nation ».

A bon entendeur, salue !!!

Adama KABORE

Bookmark and Share


Ajouter un commentaire ou un message

Qui êtes-vous ?
Votre message

Rejoignez-nous sur   
facebook Burkina NTIC   twitter Burkina NTIC    Réseau social ning Burkina NTIC
Agenda des activités
Module 1 Formations Gestion de projets assistés par l’ordinateur Session 1.1- Entreprenariat avec les logiciels libres : de l’idée à (...)
 
Module 1 Formations Gestion de projets assistés par l’ordinateur Session 1.1- Entreprenariat avec les logiciels libres : de l’idée à (...)
 
wagues

C4C est une coalition d’ONG neerlandaise qui travaille dans le domaine de la Communication pour le changement dans plusieurs pays. cette vidéo montre une activitié d’apprentissage au Burkina avec ses partenaires.

Lettre d'information