Accueil > Présentation > Vie du réseau > Innovations TIC > Le concept de "Windows du pauvre" aura du mal à convaincre.

Le concept de "Windows du pauvre" aura du mal à convaincre.

Le concept de "Windows du pauvre" aura du mal à convaincre.

Une version allégée, et moins chère, de Windows XP va bientôt être distribuée dans trois pays d’Asie. Un projet déjà critiqué de tous côtés, aussi bien par l’institut Gartner, des associations humanitaires ou des militants pro-Linux.

Cet été Microsoft a lancé un nouveau "projet pilote" dont il a le secret : tester l’accueil auprès du public d’une version spéciale de son système d’exploitation vedette, destiné aux pays en voie de développement. Une version moins fournie dont la licence sera donc bien moins chère que l’édition complète.

Ce Windows XP "allégé" est baptisé "Windows XP Starter Edition" (XPSE), soit "Édition Débutant". Il sera dans un premier temps distribué en octobre prochain dans trois pays d’Asie du Sud-est, Indonésie, Malaisie et Thaïlande. Aucun tarif n’est cependant encore déterminé chez Microsoft : « Nous pouvons juste dire qu’il sera le plus bas de la famille Windows », indique à ZDNet France Alex Mercer, l’un des porte-parole de l’éditeur en charge de ce projet. « Starter Edition ne sera pas disponible au détail mais uniquement proposé aux OEM (grossistes informatiques, assembleurs, Ndlr) », poursuit-il, assurant qu’il permettra de fournir des PC à moins de 300 dollars.

Quelques fuites ont fait état d’un prix de lancement autour de 35 dollars la licence OEM en Thaïlande ; difficile de faire de comparaison car les prix consentis par la multinationale aux intégrateurs reste un secret bien gardé et dépend des volumes commandés. Au détail, l’édition familiale de XP se négocie autour de 130 euros, mais l’énorme majorité des utilisateurs l’ont acquis d’office avec leur PC, sans même savoir combien ils l’ont payé.

Deux autres pays devraient bénéficier de ce programme d’ici à la fin de l’année, précise Microsoft sans plus de détails dans un communiqué. Et si l’expérience est jugée assez convaincante, elle sera étendue à d’autres marchés émergents, en Amérique latine ou en Afrique.

Contrer l’avancée du libre

Le porte-parole américain de Microsoft reste évasif sur ce qui a motivé cette initiative, refusant de faire le parallèle avec l’intérêt croissant, dans ces mêmes pays émergents, pour les systèmes GNU/Linux. L’argument du piratage, fléau sans fin en Asie du Sud-Est notamment, n’est pas davantage mis en avant. Pourtant il a y plus d’un an, en Thaïlande, la question de baisser le prix de Windows s’est déjà posée pour contrer l’offensive Linux.

Pourquoi tant de pudeur ? Car pour d’autres observateurs, cela ne fait aucun doute. « En Thaïlande, 160.000 ordinateurs ont été livrés avec GNU/Linux et Openoffice », explique Benoît Sibaud, membre du conseil d’administration de l’Association de promotion de la recherche et de l’informatique libre (April). « La chaîne gouvernementale d’éducation UBC doit diffuser douze heures de programmes d’initiation à l’informatique et à Linux tous les week-ends. »

« La Malaisie s’est aussi tournée vers le logiciel libre via son plan maître pour le logiciel libre dans le secteur public. L’Indonésie aussi est active sur le sujet, il est notamment question de renforcer son système d’information national avec du logiciel libre. Du coup, il me semble clair que la stratégie de braderie de Microsoft est bien une réaction pour contrer ces migrations. »

Même son de cloche du côté des associations humanitaires. « Si je ne préjuge pas des intentions humanitaires de Microsoft, on ne peut nier que chaque fois qu’un état a fait un pas vers les logiciels libres, [la firme] s’est empressée de faire une contre-proposition difficile à refuser », indique Alain Roblin Demont, membre de l’association Coopération, solidarité et développement aux PTT (CSDPTT).

« Pour ces gouvernements, la vision "politique" des logiciels libres n’est pas nécessairement le principal critère de choix » poursuit-il, mettant en avant des critères surtout économiques (prix par poste de travail).

Par Christophe Guillemin

Source www.zdnet.f / ZDNet France

Bookmark and Share


Rejoignez-nous sur   
facebook Burkina NTIC   twitter Burkina NTIC    Réseau social ning Burkina NTIC
Agenda des activités
Module 1 Formations Gestion de projets assistés par l’ordinateur Session 1.1- Entreprenariat avec les logiciels libres : de l’idée à (...)
 
Module 1 Formations Gestion de projets assistés par l’ordinateur Session 1.1- Entreprenariat avec les logiciels libres : de l’idée à (...)
 
wagues

C4C est une coalition d’ONG neerlandaise qui travaille dans le domaine de la Communication pour le changement dans plusieurs pays. cette vidéo montre une activitié d’apprentissage au Burkina avec ses partenaires.

Lettre d'information