Accueil > Groupe télécentres > Le "cyber-singleton" de Gorom Gorom.

Le "cyber-singleton" de Gorom Gorom.

image 202 x 152

Dans la suite des reportages que nous avons réalisé dans la région Nord du Burkina, nous vous ammenons à la découverte du seul cyber café de Gorom Gorom(célèbre ville touristique et ville carrefour du sahel burkinabè), singulier n’est-ce pas ? Hé ! bien lisez plutôt !!

Un passionné

Nous avons rencontré dans cette contrée un audacieux du nom de KOMBERE Alain Marie aidé par sa femme qui rêve de désenclaver son patelin en le reliant à l’Internet et en permettant à la population locale d’accéder aux vastes ressources du web.

La petite maison qui n’a pas encore une enseigne, on vous l’expliquera plus tard pourquoi, offre des services de bureautique, de librairie et aussi de connexion à l’Internet depuis mars 2002.

« Nous avons quelques clients, c’est nouveau et nous sommes dans une zone qui n’est pas assez peuplée, les gens ne sont pas habitués aux nouvelles technologies, nous avons quelques rares fois des saisies c’est surtout ça le gros du travail, la saisie et la correction de document ; quelques-uns viennent pour l’initiation informatique », nous confie M. Komberé Alain.

Le public cible qui fréquente le centre, est surtout composé des jeunes et quelques fonctionnaires qui viennent pour apprendre à manipuler et avoir une connaissance de base en traitement de texte.
Un coût forfaitaire de 20.000 FCFA est fixé par initiation, (Formation de 2 semaines tous les soirs 2 heures par soir pendant 14 jours pour un forfait de 20 000 FCFA pour le moment)

En ce qui concerne la fréquentation des jeunes, M. Kombéré nous dit :

Nous sommes dans une zone rurale si je peux m’exprimer ainsi et les quelques élèves qui désirent s’initier ne sont pas en mesure de pouvoir payer les 20 000 FCFA, aussi les gens croient que l’initiation en informatique est réservée à une certaine classe privilégiée.L’affluence n’est donc pas au rendez-vous, très peu de gens viennent se former.
Le centre offre néanmoins la formation gratuitement au plus jeunes qui par curiosité viennent nous voir, pour ainsi attirer plus de personnes.

Se connecter à l’Internet la nuit

La connexion à l’Internet est hypothétique dans cet endroit. Le réseau téléphonique étant saturé et pas tellement approprié pour ce service. A ce propos, M. Kombéré nous dit que " on tente plusieurs fois sans avoir la connexion, lorsqu’on y arrive, la machine affiche qu’il y a des erreurs de configuration. C’est la faute du réseau. L’accès est plus facile la nuit car le réseau devient libre."

Ce n’est donc pas facile ici. Il faut patienter pendant des heures afin de voir le sésame s’ouvrir. Parfois, des jours entiers, on ne peut accéder à l’Internet, mais pourtant, on paie tous les essais infructueux.

Un service local de téléphonie peu coopérant.

Les difficultés avec le service local de l’ONATEL (Office National de Télécommunication) sont nombreuses. Apparemment ces derniers ne sont pas pressés de voir la population utiliser ce moyen de communication. La preuve est que l’ONATEL ne propose même pas ce service dans ses propres locaux. Les pionniers et audacieux tels que Kombéré Alain peine donc dans cet univers.

Questionné à ce propos, il nous confie :"Ce ne sont pas de gros problèmes en tant que tel, mais en ce qui concerne la facturation, elle est élevée. L’ONATEL n’est pas en mesure de nous offrir le service que nous demandons. Nous voulons faire un cyber, mais c’est impossible parce que l’ONATEL demande d’installer une ligne comme un télécentre à facturation locale. Les télécentres ici sont facturés au niveau local,et sont dans l’obligation toutes les quinzaines de règler leurs factures. Il faut obligatoirement une ligne de ce type télécentre pour qu’on puisse faire une exploitation commerciale et depuis mars 2002 nous avons fourni les documents pour avoir cela, main en vain.

A force de solliciter l’obtention d’une ligne de ce type, (en fait il, s’agit d’une affaire de formalité sinon, la qualité de la ligne est la même) M. Kombéré est bloqué et ne peut dire publiquement qu’il assure le service Internet. Pourtant, il rend d’énormes services,ainsi grâce à lui, certains projets arrivent à envoyer leur dossier à temps en Europe.
M. kombéré offre donc ce service à quelques privilégiés, c’est à dire ses amis et connaissances, « nous ne pouvons offrir le service à tout le monde par ce que nous risquons d’aller à l’encontre de la loi. »

Il arrive pourtant que les services étatiques le contactent afin d’envoyer leur dossier en urgence à la Banque Mondiale et autres bailleurs.

M. Kombéré souhaite donc que l’on résolve son problème et que la qualité des services de l’ONATEL s’améliore afin que l’Internet puisse prendre pied dans cette belle région du Burkina.
Espérons donc que son appel sera entendu !!! espérons !!!

Somda Théodore| Ouédraogo Sylvestre

Bookmark and Share


Rejoignez-nous sur   
facebook Burkina NTIC   twitter Burkina NTIC    Réseau social ning Burkina NTIC
Agenda des activités
Module 1 Formations Gestion de projets assistés par l’ordinateur Session 1.1- Entreprenariat avec les logiciels libres : de l’idée à (...)
 
Module 1 Formations Gestion de projets assistés par l’ordinateur Session 1.1- Entreprenariat avec les logiciels libres : de l’idée à (...)
 
wagues

C4C est une coalition d’ONG neerlandaise qui travaille dans le domaine de la Communication pour le changement dans plusieurs pays. cette vidéo montre une activitié d’apprentissage au Burkina avec ses partenaires.

Lettre d'information