Accueil > Groupe télécentres > Leçons d’Internet dans un cyber.

Leçons d’Internet dans un cyber.

Un tour dans les cybers cafés de la sous région nous donne une idée des usages du Net.
je me suis rendu à Dakar et à Bamako les semaines passées et je vous raconte mon périple.

Que de possibilités à Bamako ? Environ 20 providers se partagent le gros gateau. Ikatel avec sa filiale IKANET est en train de ratisser large dans cette jungle de la communication où tous les coups sont permis. Je m’aventure dans un cyber dénommé espace timbagga. C’est aussi un provider Internet. Plus de 40 postes postes meublent la salle qui ne désemplie pas, surtout à cette fin de journée où la température descend et où il est plus facile de pianoter sur le clavier.

Les postes comme dans la plupart des cybers de la sous région utilisent le gestionnaire Cyber Café Pro. Je prends un ticket d’une heure et commençai à ouvrir ma boite de messagerie sur le serveur de l’Université de Ouagadougou.
La connexion est passable, mais mieux qu’au Burkina Faso ;
A Dakar où j’étais la semaine passée, la connexion est tellement rapide que vous n’avez pas le temps de cliquer avant d’avant d’avoir la réponse : quelle vitesse !ADSL est partout. Les prix baissent, environ 30 00 Fcfa par mois pour un débit de 128Kbs. C’est incroyable, impensable pour nous Burkinabès. A Ouagadougou, il faut débourser environ 200 000 FCFA pour avoir une ligne spécialisée avec une qualité ultra médiocre, mais on a espoir que c’est ira, tellement l’opérateur historique est en train de creuser partout de gros trous dans la ville, partout la ville de Ouagadougou semble être un véritable chantier. Les fibres optiques se posent partout, on les dépose à la vitesse de la lumière. Je crains que des personnes mal intentionnées ne commencent à les sectionner, la profondeur d’enfouissement n’étant pas très grande. Le prix d’un mètre de fibre optique étant très élevé, il faut compter sur d’éventuels coupeurs de fibres !!!
Mais l’offre ne créant pas la demande et cette demande étant très spécifique, il est facile de se faire prendre dans ce jeu pour le moment.

Après m’être attablé et surfé un peu, je commencais à z’yeuter un peu pour voir ce que mes voisins font. Un gars arriva et ne savait pas comment introduire son code. Je l’aidais donc à démarrer. En voyant l’explorateur Internet Explorer, il se calma et ouvrit son habituel Yahoo, mais quelques secondes après l’ouverture de sa boîte, il était si dérouté qu’il me demanda encore assistance. - Qu’est-ce qui se passe ?lui demandais-je. Vous avez pu accéder à votre boîte ?
- Oui, mais je ne comprends rien, repliqua t-il, Je ne vois aucun message. Je fis un tour de l’écran chargé de publicités et autres services avant de voir le lien pour la messagerie. Je l’expliqua que si les travailleurs de Yahoo n’innovent pas tous les jours, ils vont se retrouver au chômage. Il faut donc changer les interfaces graphiques, ajouter d’autres services pour appâter les clients et les faire tourner en bourrique dans leur portail : c’est la nouvelle manière de se faire de l’argent et se garder son poste de travail. Il retrouva donc son courrier et se concentra sur ses messages.
Après 30 minutes de surf, mon voisin se leva et une jolie fille la remplaca. Elle était une habituée et ouvrit sans problème son Yahoo. Je z’yeutais un peu sur son écran, je sais que c’est insdiscrêt, mais je m’en fou ! Je suis curieux de connaître les usages réels du web des gens. D’ailleurs, on ne se connaît pas. Où est le problème ? Les grands opérateurs passent leur temps à nous espionner et à nous décortiquer inpunément et sans crier gard.

Elle fit défiler 2, 3 pages pleines de banalités. Je ne vis aucun message personnel émanant d’une personne physique comme monsieurX@yahoo.fr.
Je ne vis que des réponses des moteurs venant de sites de rencontres, de publicités, de millions à gagner, de jakpots.. Elle fit un tour de ces banalités, en ouvrit quelques unes et referma sa boîte. Munie de son carnet de notes et d’un agenda, elle exhiba un stylo et alla sur le fameux Google. Alors là, je ne pouvais plus me retenir. Elle commença une recherche en tapant : "les sites des entreprises de commerce". Google vomit 2 500 000 info avant qu’elle n’ait eu le temps de cligner de l’oeil. Je la demandai donc :
Melle, qu’est-ce que vous recherchez ?, il est mieux de ne pas mettre des articles comme "le" "la" dans les mots clés parce que toutes les pages en contiennent et vous en avez jusqu’à l’année prochaine pour avoir votre information. Je pris son clavier et effaça les articles, ce qui fit descendre la trouvaille à quelques milliers. Je la demandai donc quelle type d’entreprise elle cherchait, si elle voulait un travail ou exporter des produits... elle me dit qu’elle s’intéressait aux entreprises d’import export. Alors, que voulez vous de ces entreprises ?
Elle me confia donc qu’elle cherchait des renseignements pour en créer. Un monsieur l’avait promis, je pense de l’ouvrir une entreprise et elle voullait donc se renseigner. Seigneur, quelle époque !
On ajouta donc création entreprise import export et une floppée de sites apparu. Elle commençà à s’intéresser à toute cette liste et prenait des notes à tout. Il faut donc que je l’aide encore à rentabiliser sa navigation : écoutez Mlle, vous pouvez ouvrir plusieurs fenètres simultanément et donc gagner en temps au lieu d’ouvrir les pages individuellement, retourner sur Google pour lancer une nouvelle recherche. Ah bon. En quelques clics droit et gauche, la leçon est assimilée. Surprise, elle me confessa qu’elle ne savait pas que l’on pouvait faire tout cela.

Le stylo en train de griffonner, je la demandai de repartir dans sa boîte Yahoo. Elle l’ouvrit de nouveau et je l’appris comment couper coller des extraits de sites webs et surtout les adresses de sites webs dans son bloc note Yahoo. Comme cela, tu n’as pas besoin de te balader avec des carnets papiers ! A chaque moment tu retrouves tes notes dans ton mail, ce qui est plus pratique.

Après 2 heures de leçons gratuites, je l’abandonnai à ses recherches et sorti du cyber, content d’avoir aidé au moins quelqu’un à y voir un peu plus dans le cyberespace.

Sylvestre Ouédraogo
Bntic

Bookmark and Share


Rejoignez-nous sur   
facebook Burkina NTIC   twitter Burkina NTIC    Réseau social ning Burkina NTIC
Agenda des activités
Module 1 Formations Gestion de projets assistés par l’ordinateur Session 1.1- Entreprenariat avec les logiciels libres : de l’idée à (...)
 
Module 1 Formations Gestion de projets assistés par l’ordinateur Session 1.1- Entreprenariat avec les logiciels libres : de l’idée à (...)
 
wagues

C4C est une coalition d’ONG neerlandaise qui travaille dans le domaine de la Communication pour le changement dans plusieurs pays. cette vidéo montre une activitié d’apprentissage au Burkina avec ses partenaires.

Lettre d'information