Accueil > Connect 4 change/Agriculture > Les prix des produits agricoles à la portée de tous 24h / 24 grâce aux (...)

Les prix des produits agricoles à la portée de tous 24h / 24 grâce aux TIC

Après la formation sur « comment collecter et diffuser l’information sur les prix de la filière bétail-viande ? », les projets Agribusiness and Trade Promotion (ATP) et Expanded Agribusiness and Trade Promotion (E-ATP) poursuivent leurs activités de soutien aux populations rurales à travers l’utilisation des SMS et internet pour le développement agricole.

Les projets Agribusiness and Trade Promotion (ATP) et Expanded Agribusiness and Trade Promotion (E-ATP) sont financés par l’Agence des Etats Unis pour le développement international (USAID) avec l’implantation du siège au Ghana. Les deux projets sont des initiatives régionales visant à accroître le volume et la valeur des échanges intra-régionaux de produits agro-alimentaires, notamment ceux des filières bétail/viande, volaille, maïs, riz, mil/sorgho et oignon/échalote. Les projets couvrent huit pays ouest africains, à savoir le Bénin, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, le Ghana, le Mali, le Nigeria, le Sénégal et le Togo.

Des représentants de différentes associations professionnelles agricoles, dont le Comité Interprofessionnel de la Filière Céréales du Burkina Faso (CICB), la représentation nationale au Burkina Faso de l’Observatoire Régional de la Filière Oignon en Afrique de l’Ouest et du Centre, et le Comité Interprofessionnel de Riz du Burkina Faso (CIRB), ont eu l’occasion de bénéficier d’un atelier de formation organisé par les projets ATP et E-ATP les 5 & 6 août 2010 à l’hôtel Excellence de Ouagadougou au Burkina Faso.

Cet atelier de formation a porté sur le système d’information à travers l’utilisation des SMS et Internet dans le milieu agricole et a été assuré par l’Association pour la Promotion de la Sécurité et de la Souveraineté Alimentaire (APROSSA / Afrique Verte), principal partenaire SIM des projets ATP et E-ATP.

« Pendant ces deux jours, les participants ont appris : Comment un producteur peut envoyer une offre de vente ou d’achat sur la plateforme à partir de son téléphone portable ; comment recevoir et interpréter des informations telles que le prix et les offres des ventes ou d’achats des produits agricoles envoyé par SMS sur les téléphones mobiles », nous a confié M. Hebie Issiaka, responsable du programme, chargé de formation à APROSSA / Afrique Verte.

Les enjeux de cet atelier de formation sont
divers et d’ordre socio-économique.

L’avènement du téléphone mobile et de l’Internet ont contribué à réduire les distances ainsi qu’à rendre plus commode les échanges et la propagation de l’information. Par ailleurs, plus qu’une nécessité, c’est devenu une exigence d’utiliser les Nouvelles Technologies d’Information et de Communication (NTIC) si l’on veut suivre le rythme de développement de nos pays. Aussi, même si l’Internet reste toujours inaccessible à un bon nombre de personnes, ce n’est pas le cas du téléphone portable vu son expansion jusque dans les zones les plus reculées de nos pays.

C’est dans cette optique que cet atelier de formation a eu pour but principal de montrer aux participants comment mieux se servir de leurs portables et d’Internet afin de s’épanouir dans l’exercice de leurs activités, afin de faciliter les échanges commerciaux des acteurs des filières agricoles en Afrique de l’Ouest.

Il faut également noter que cette formation a été possible grâce à la plateforme Esoko (www.esoko.com). La plateforme Esoko permet de recenser les contacts, les offres d’achat et offres de vente des opérateurs agricoles en vue de constituer des réseaux de mise en relation commerciale à travers un annuaire d’opérateurs de plus de 15 000 utilisateurs dans la sous région. Cette initiative de partenariat public-privé entre ATP/E-ATP et Esoko Networks a débuté en 2009 au Burkina Faso, en Côte d’Ivoire, au Ghana et au Mali, et sera bientôt élargie au Nigeria et au Sénégal, et progressivement à tous les pays de l’Afrique de l’Ouest avec la collaboration d’autres partenaires tels que la CEDEAO et le CILSS.
Les participants lors l'atelier régional du SIM
Cette formation s’est articulée autour de trois principaux axes :
- Comment un producteur peut-il envoyer une offre de vente ou d’achat sur la plateforme à partir de son téléphone portable et ensuite la diffuser à des centaines voir des milliers d’opérateurs agricoles ?
- Comment interpréter une alerte instantanée de SMS sur les prix et des offres d’achat et de vente des produits agricoles dans la sous région ?
- Comment faire une requête de prix par SMS afin de recevoir les prix d’un produit agricole spécifique dans plus de 85 marchés de référence en Afrique de l’Ouest ?

Un atelier fructueux pour les producteurs

Avec la mise en œuvre de cette formation, plus besoin de se déplacer pour vendre et acheter les produits agricoles. Pour les critères d’inscription à la plateforme Esoko, il suffit d’avoir un numéro de téléphone ou une adresse email et d’être membre d’un groupe.
Face à cette innovation, les participants ont su montrer leur satisfaction et intérêt à l’outil Esoko comme l’a confirmé M. Abdoulaye Moussa, Secrétaire Exécutif de l’Observatoire de la Filière Oignon du Burkina Faso : « Esoko nous a appris comment vendre, avoir les prix, les offres à travers les SMS sans dépenser beaucoup d’argent et en temps réel ».

Gagner plus de temps avec les TIC

Ce nouveau système nous permet de gagner du temps. On est aussi branché au marché régional et sous régional du Ghana, de la Côte d’Ivoire du Mali et très bientôt du Nigéria, Benin et du Togo.
Je recommande vivement son utilisation à tous ceux qui œuvrent dans le domaine de l’agriculture.
Et j’invite les acteurs à profiter de cet outil que le projet ATP et E-ATP nous accorde.

M. Jean Pierre Yameogo, du Comité Interprofessionnel du Riz du Burkina Faso (CIRB)
Nul ne pourrait dire le contraire : cette formation sur le système d’information vient à point nommé soulager nos producteurs agricoles. Ainsi, M. Soumaïla Sanou, Président du Comité Interprofessionnel de la filière Céréales du Burkina Faso (CICB) qualifie ce système d’« outil intéressant pour le secteur agricole en particulier, pour le commerce des céréales et pour la sécurité alimentaire ». Pour lui, il est d’une importance capitale et représente une richesse qui ne doit pas être gardée seulement pour ceux qui étaient présents. En outre, il a des perspectives telles que :
- Porter l’information aux autres membres de son organisation,
- Sensibiliser ceux qui n’ont pas pu participer à la formation, et
- Organiser des séances de formation avec ses membres.

Les attentes ont été comblées, les préoccupations prises en comptent et chaque participant est reparti nanti d’un savoir qu’il peut mettre au service de son organisation ou de sa communauté.
Le mot de clôture a été prononcé par M. Soumaïla Sanou qui a tenu à remercier les différents formateurs et a exhorté tous les acteurs présents à travailler de sorte que les formations reçues soient partagées avec tous les autres qui n’ont pu être présents.

ILBOUDO Wendemi Pascaline
Yam Pukri, tel : 76 56 05 70/ 50 37 39 74

Bookmark and Share


Ajouter un commentaire ou un message

Qui êtes-vous ?
Votre message

Rejoignez-nous sur   
facebook Burkina NTIC   twitter Burkina NTIC    Réseau social ning Burkina NTIC
Agenda des activités
Module 1 Formations Gestion de projets assistés par l’ordinateur Session 1.1- Entreprenariat avec les logiciels libres : de l’idée à (...)
 
Module 1 Formations Gestion de projets assistés par l’ordinateur Session 1.1- Entreprenariat avec les logiciels libres : de l’idée à (...)
 
wagues

C4C est une coalition d’ONG neerlandaise qui travaille dans le domaine de la Communication pour le changement dans plusieurs pays. cette vidéo montre une activitié d’apprentissage au Burkina avec ses partenaires.

Lettre d'information