Accueil > Présentation > Vie du réseau > Innovations TIC > Un ordinateur portable à 100 dollars

Un ordinateur portable à 100 dollars

Un ordinateur portable à 100 dollars

Le lancement d’un ordinateur à 100 dollars pour les
écoles des pays du Sud sera l’un des événements du
prochain Sommet mondial de la société de l’information
(SMSI) qui se tiendra à Tunis du 16 au 18 novembre
prochain.

La Thaïlande, la Chine, l’Egypte, le Brésil
et l’Afrique du Sud seront les premiers pays à
bénéficier de cette opération lancée par le Media-Lab
du Massachusetts Institute of Technology (MIT).

« $ 100 Laptop », tel est le nom de cet ordinateur
taillé sur mesure pour les écoliers des pays
défavorisés. Ce micro portable devrait coûter près de
100 dollars, un prix défiant toute concurrence, à
titre de comparaison, un ordinateur de milieu de gamme
coûte six à dix fois plus cher. Destinée aux pays du
Sud, cette machine aura un processeur cadencé à faible
vitesse (500 Mhz) mais suffisant pour réaliser des
tâches bureautiques et de réseau, une mémoire flash de
1Go, un module de réception sans fil Wi-Fi, un écran
couleur d’une taille de 12 pouces et une série de
ports USB pour connecter les périphériques. Le système
d’exploitation sera fondé sur le logiciel libre et
gratuit Linux.

Autres caractéristiques techniques : sa coque en
caoutchouc et sa batterie. L’accès à l’électricité
vient souvent à manquer dans les pays pauvres, la
batterie pourra donc être rechargée manuellement à
l’aide d’une manivelle : 1 minute pour 10 minutes
d’utilisation. La fabrication des premiers modèles
devrait commencer en 2006 pour 5 à 15 millions de
machines. En cas de succès, elle sera étendue à 150
millions d’unités en 2007. Les pays en développement
sont dans l’ensemble demandeur d’un tel concept. La
Thaïlande, la Chine, l’Egypte, le Brésil et l’Afrique
du Sud devraient être les premiers à bénéficier de cet
équipement informatique à bas coût.

Le premier prototype en novembre

L’initiateur du projet, l’Américain Nicholas
Negroponte, est bien décidé à faire entrer les pays du
Sud dans l’ère numérique. Auteur d’un ouvrage de
référence intitulé « L’homme numérique », Nicholas
Negroponte est le premier à prévoir dans les années 70
la convergence actuelle entre les différents médias :
télévision, journaux mais aussi ordinateurs.
Aujourd’hui, l’actuel président du célèbre Media-Lab
du Massachusetts Institute of Technology (MIT), un
centre de recherche chargé d’étudier les technologies
des medias, a décidé de changer le monde. L’objectif
de ce programme est d’avoir « un portable par enfant
dans les régions les plus pauvres et les plus
éloignées », a expliqué le chercheur américain. Et de
préciser que « le premier prototype sera présenté lors
du Sommet mondial sur la société de l’information à
Tunis en novembre prochain ».

Pourquoi une telle démarche de la part du MIT ? Ce
projet est un signe de l’engagement concret des pays
du Nord pour rendre la technologie accessible à tous
et réduire la fracture numérique. Reste que cette idée
de produire des ordinateurs à bas prix n’est pas
nouvelle, il y a quelques années, des chercheurs de
l’Institut indien des sciences (IISC) avaient lancé
l’idée du « Simputer », un ordinateur à bas coût qui
comprenait un système de reconnaissance vocale pour le
piloter à la voix. Pour encadrer le projet, le
Media-Lab a créé une association sans but lucratif One
Laptop Per Child (OLPC). Parmi les partenaires, on
trouve le fabricant de puces informatiques AMD, le
géant de la recherche Google, la société de Rupert
Murdoch News Corp et le distributeur de logiciels
libres Red Hat. Pragmatique, l’association prévoit
également de lancer une licence destinée une
exploitation commerciale de l’ordinateur à environ 200
dollars.

Mais la fracture numérique est multiforme, elle ne
concerne pas uniquement les pays en développement. Le
coût des équipements informatiques reste très élevé
pour certaines catégories sociales dans les pays
industrialisés. Pour preuve, l’Etat du Massachusetts
aux Etats-Unis très intéressé par l’initiative,
prévoit une commande de 500 000 machines pour les
écoles des quartiers défavorisés.

Myriam Berber
Article publié le 04/10/2005
http://www.rfi.fr/actufr/articles/070/article_38957.asp

Bookmark and Share


Rejoignez-nous sur   
facebook Burkina NTIC   twitter Burkina NTIC    Réseau social ning Burkina NTIC
Agenda des activités
Module 1 Formations Gestion de projets assistés par l’ordinateur Session 1.1- Entreprenariat avec les logiciels libres : de l’idée à (...)
 
Module 1 Formations Gestion de projets assistés par l’ordinateur Session 1.1- Entreprenariat avec les logiciels libres : de l’idée à (...)
 
wagues

C4C est une coalition d’ONG neerlandaise qui travaille dans le domaine de la Communication pour le changement dans plusieurs pays. cette vidéo montre une activitié d’apprentissage au Burkina avec ses partenaires.

Lettre d'information