Accueil > Connect 4 change/Agriculture > Une association apporte le téléphone aux villages africains

Une association apporte le téléphone aux villages africains

A force de parler de la pénurie d’équipement Internet sur le continent africain, on a tendance par oublier l’essentiel : le téléphone. Lui aussi fait défaut dans les zones rurales. Les projets se multiplient pour raccorder les populations locales. Parmi les initiatives déjà engagées, celle d’une association française le CSD-PTT (Coopération-Solidarité-Développement aux PTT) qui œuvre au développement des télécommunications en Afrique.

L’Afrique des villages est bel et bien absente des télécommunications. Dans le sud ouest du Burkina Faso, la population parcourt des distances moyennes de 35 kilomètres pour téléphoner. Dans ce pays situé au centre de l’Afrique de l’Ouest, on peut estimer à 450 000 le nombre de personnes possédant des téléphones fixes et mobiles. Mais l’accès à ce service universel de communication ne profite qu’à une partie relativement limitée de la population, celle qui vit dans les centres urbains. Dans la plupart des zones rurales, le téléphone reste inaccessible.

Outre le manque d’infrastructures, les villages souffrent le plus souvent d’un enclavement en terme de télécommunications et en matière d’énergie. Sur cette base, le CSD-PTT (Coopération-Solidarité-Développement aux PTT) -une association créée par des professionnels de La Poste et de France Télécom- qui est fortement engagée dans la coopération avec des pays africains, a lancé des projets de téléphonie rurale. « La téléphonie dans les villages enclavés, c’est l’idée de base de notre association qui répond ainsi à une très forte demande de la population », rappelle à ce propos Bruno Jaffré, l’ancien président et fondateur de cette ONG.

Après le téléphone, l’Internet

Au Burkina Faso, par exemple, le projet piloté par le CSD-PTT en collaboration avec l’Onatel, l’opérateur national a permis l’implantation de cabines téléphoniques dans quatre localités (Biba, Koin, Nimina et Yaba) de la province du Nayala dans la région de Toma, ainsi que dans le village de Sérékéni dans la province Kénédougou près de la frontière malienne. Dans ces zones au réseau filaire très pauvre, le choix technique s’est porté sur un système de liaison téléphonique radio, la technologie la plus adaptée dans les régions reculées comme l’explique Bruno Jaffré : « On a eu l’opportunité de récupérer du matériel déclassé dans les montagnes en France. Il restait donc à trouver de l’électricité. Des dispositifs alimentés par l’énergie solaire ont été mis en place pour assurer des situations d’indépendance énergétique aux installations ». Résultat, une technologie à coût relativement bas à la fois en terme d’investissement sur place d’une part, et d’exploitation et de maintenance d’autre part.

Le principe est simple. Chacune des localités est équipée d’une cabine comprenant un téléphone installé sur une table à côté d’un cahier où sont consignés les appels et d’un compteur accroché au mur. « Ce sont les villageois qui réalisent les abris à leurs frais. Ils assurent également l’exploitation des liaisons et la sécurité des équipements. En effet, les panneaux solaires font l’objet de beaucoup de vols », explique Bruno Jaffré.

Par ailleurs, l’organisation qui apporte le savoir-faire n’entend pas financer seule ces projets. Elle compte sur la contribution des opérateurs nationaux, notamment pour l’achat du matériel très cher comme les panneaux solaires. Dans ce schéma d’organisation, « la liaison avec les populations sur place se fait grâce à des ONG locales. L’Ader qui est dirigé par des membres actifs de la communauté malienne en France a, par exemple, financé la première mission d’étude dans la région du Guidimakha au Mali », commente Bruno Jaffré. Et de rappeler que « l’association n’est qu’un aiguillon. L’objectif final est que ces projets continuent sans le CSD-PTT ». Sur ce point, la réussite est totale au Burkina Faso. En effet, le président de l’ONG Sodepostel (Solidarité développement dans les Postes et télécommunications), El Hadj Mousbila Sankara, vole désormais de ses propres ailes. Avec l’opérateur national burkinabé, il a mené tout seul des projets de raccordement de téléphones dans la région de Toma Bokin, ce qui a permis à l’association française de s’investir dans d’autres pays.

Au Mali, une opération du même genre qui vise à raccorder de nombreux villages dans la région de Mopti-Sévéré et au Pays Dogon, a ainsi été monté en partenariat avec la Sotelma, l’opérateur national et l’Association des Volontaires pour le Développement des Télécommunications au Mali. Au Niger, le Programme des Nations unies pour le développement (Pnud) qui a été l’origine des premières radios rurales, travaille également sur des projets d’accès au réseau de télécommunication par village : téléphone mais également accès Internet.

http://www.rfi.fr/actufr/articles/070/article_39102.asp
Myriam Berber
Article publié le 11/10/2005
Dernière mise à jour le 13/10/2005 à 13:08 (heure de Paris)


Pour en savoir plus :

Etude d’un exemple au Burkina Faso : Raccordement de villages enclavés au réseau téléphonique.

Au Burkina Faso, les localités de Biba, Koin, Nimina, Yaba et Sérékéni ont désormais leur télécentre public.
http://csdptt.org

(Photo : DR)
Fracture numérique
Un ordinateur portable à 100 dollars [04/10/2005]

Une fracture numérique difficile à réduire [18/11/2004]

Logiciels libres : le moyen de réduire la fracture numérique [19/05/2003]

Internet pour les plus démunis en France [20/07/2001]

Utiliser les technologies pour le développement [18/07/2001]

Jean-Louis Fullsack : « Il faut des objectifs concrets de réduction de la fracture numérique » [02/12/2003]

Les fractures numériques [02/12/2003]

Bookmark and Share


Rejoignez-nous sur   
facebook Burkina NTIC   twitter Burkina NTIC    Réseau social ning Burkina NTIC
Agenda des activités
Module 1 Formations Gestion de projets assistés par l’ordinateur Session 1.1- Entreprenariat avec les logiciels libres : de l’idée à (...)
 
Module 1 Formations Gestion de projets assistés par l’ordinateur Session 1.1- Entreprenariat avec les logiciels libres : de l’idée à (...)
 
wagues

C4C est une coalition d’ONG neerlandaise qui travaille dans le domaine de la Communication pour le changement dans plusieurs pays. cette vidéo montre une activitié d’apprentissage au Burkina avec ses partenaires.

Lettre d'information