Accueil > Groupe télécentres > Visite d’échange et de partage des gestionnaires du Burkina au (...)

Visite d’échange et de partage des gestionnaires du Burkina au Bénin


Le réseau des cybercentres communautaires du Burkina (RECYCOM) vient d’organiser un voyage d’échange et de partage au Bénin entre des leaders de télécentres membres et ceux de ce pays dans le cadre de son programme d’activité de l’année 2009 appuyé par Telecentre.org.

Partie de Ouagadougou le Jeudi 12 novembre 2009, la mission composée de huits personnes membres du RECYCOM avait pour objectifs :

- De montrer aux gestionnaires/leaders de télécentres du Burkina une des expériences réussi en matière d’utilisation des TIC pour le développement des communautés rurales ;

- De permettre aux gestionnaires/leaders des télécentres du Burkina d’échanger avec d’autres leaders de télécentres et d’établir des partenariats susceptibles de booster l’élan de durabilité des télécentres membres du RECYCOM.

Durant six jours les missionnaires du RECYCOM ont sillonné les villes et campagnes du Bénin à la rencontre de leurs homologues de ce pays.

Ainsi, dans la soirée du 12 novembre aux environs de 20 heure 30 minutes temps universel, ils ont été reçus à Parakou dans le nord du Bénin par le comptable du centre Songhaï de ce département. Avec la fatigue du voyage, tout le monde est allé juste après avoir mangé, se reposer afin d’être disposés à affronter la journée du 13 novembre.

Au matin du vendredi 13 novembre, un programme détaillé de la visite a été établi par les membres du RECYCOM et le Responsable du site hôte en la personne de monsieur Sylvain FANGNINOU qui a aussitôt conduit, en compagnie du comptable monsieur Bernard CODJO, les leaders de télécentres Burkinabé pour la visite des installations techniques et matérielles du télécentre communautaire du centre Songhaï de Parakou. Visite qui s’est soldé par la présentation d’une salle de formation en informatique, d’un point d’accès public à internet et aux services bureautiques, d’une salle technique et d’une salle VIP. Au cours de cette visite sommaire il était convenu que les échanges viendraient après avoir visité l’ensemble du site de Parakou, il est ressorti que le télécentre est connecté à internet via l’ADSL et que le système d’exploitation utilisé est Microsoft Windows XP.

Après cette visite, les visiteurs et leurs hôtes se sont déportés sur la ferme agropastorale Songhaï de Parakou qui est en fait le lieu d’application et d’expérimentation des TIC et autres technologies pour le développement communautaire. Située à une quinzaine de kilomètres de Parakou, la ferme Songhaï Atagara du nom du village qui l’abrite s’est avéré être une expérience enrichissante pour les gestionnaires de télécentres du Burkina.

En effet, une fois sur place, la délégation Burkinabé a été conduite dans une salle de réunion qui n’a rien à envier à une installation de ville pour un bref exposé sur les missions et objectifs du centre Songhaï. Exposé fait par le responsable du site après présentation de son équipe qui se compose du comptable dont il a déjà été question, du formateur et maintenancier (Roger AGBOTOU), de deux gestionnaires (Casimir FAIHUN et Didier AGON) et d’une réceptionniste.

A la fin de l’exposé, les visiteur ont été guidé à travers tout le site Songhaï de Parakou pour voir les plantations d’agrumes, de tubercules, d’arbres fruitiers…, les installations réalisées pour l’élevage de volailles (cailles, poules pondeuses, canards, dindons, pintades…), des rongeurs (lapins, Agoutis…), de poissons (silures, tilapias, poissons chats…), de bovins, de porcs –la délégation n’a pas eu accès à ces derniers animaux en raison d’une épidémie de grippe porcine qui sévirait dans la région-, ainsi que d’oies sauvages. La visite s’est poursuivie sur les unités de transformation des produits agro pastoraux pour s’achever à la boutique de commercialisation. Toutes ces réalisations sont faites sur une superficie d’environ 246 kilomètres carrés dont 40 kilomètres couvert par le lac.

Les visiteurs ont ensuite été invité à prendre place dans une salle de conférence construite en briques de terres cuite fabriquées par le centre Songhaï afin de procéder aux échanges et partages constituant l’un des objets de leur présence en ces lieux enchanteurs.

Au cours des échanges, à la question de savoir quel est le lien entre le télécentre et la ferme, il est ressorti que le télécentre de Parakou sert de moyen d’échange entre le centre et la base du projet Songhaï situé à Porto-Novo sur le plan de la transmission d’informations relatives à la gestion, des décisions prises et des recommandations faites. C’est aussi le lieu pour la passation de commande de matériel et autres objets utiles à la bonne marche des activités du site et, également un point d’accès à l’information pour les recherches à effectuer par les pensionnaires du site pour l’amélioration de leurs connaissances. Le télécentre est aussi le lieu où sont produites les étiquettes pour les emballages des produits transformés ainsi que les prospectus et affiches publicitaires. Toujours selon les responsables du site de Parakou, le télécentre de la localité permets de faire des formations en bureautique et navigation internet ainsi qu’en PAO. Il offre également d’autres services à la communauté telle la connexion internet, la prise et l’impression de photos numériques…

Pour apport à ces échanges, la délégation Burkinabé à suggéré aux responsables du site de Savalou d’introduire dans leurs activités la production de contenus à travers des reportages faits sur les activités de la ferme (formation, production agricoles et animales, espèces disponibles, acquis et expériences…).

Aux environs de 14 heures 30 minutes, la visite d’échange et de partage au site de Parakou s’est achevée par des échanges d’adresses et de promesse de rester en contact sur les plateformes existantes pour la consolidation de ces nouvelles relations. Cap à été ensuite mis sur le centre Songhaï de Savalou où la délégation est arrivée un peu plus tôt que prévue à cause du bon état de la route reliant les deux villes.

A Savalou, la délégation a été emmenée à voir les mêmes installations qu’à Parakou sauf que là, le télécentre est connecté à internet via le satellite (VSAT), le centre d’accueil est de plus grande capacité puisque le nombre de chambres devant abriter les visiteurs est plus grand et la boutique de commercialisation des produits transformés de la ferme se situe dans le télécentre qui est en ville. Le site est administré par un responsable en la personne de monsieur Victor BOKO assisté dans sa tache par un comptable en la personne de monsieur Elie SOUKOSSI. A coté de ces personnes, il y a le personnel du télécentre qui se compose d’un formateur en informatique (monsieur Henri MADODE), d’un technicien (monsieur Adonis YERIMA).

C’est le lieu de rappeler qu’en raison de sa situation géographique (Savalou est entourée de collines) et malgré que l’antenne VSAT installé soit de grande capacité, le télécentre du site Songhaï de cette localité connait des problèmes de connexion et de rentabilisation. Aussi, aux dires des responsables, des solutions sont toujours entrain d’être recherchées pour le rendre plus rentable. Pour l’instant, malgré la diversification des activités directement liées au télécentre (initiation-formation en informatique, connexion internet, bureautiques, impression de photos numérique…) le centre de Savalou est obligé de s’appuyer sur la location des chambres d’hébergement ainsi que sur la vente des produits transformés de la ferme pour couvrir les charges de fonctionnement.

Tout comme à Parakou, le site Songhaï de Savalou abrite une ferme agropastorale d’environ 216 kilomètres carrés située également à une quinzaine de kilomètre de la ville. Il y est pratiqué les mêmes activités avec la particularité que le plan d’eau qui permet de faire la pisciculture est un lac artificiel construit par le projet Songhaï. Pour ce qui concerne le lien entre le télécentre et la ferme, ce sont les mêmes fonctions qui sont remplies.

La visite du centre de Savalou s’est achevée le samedi 14 novembre 2009 à 14 heures 30 minutes par une photo de famille et l’échange de coordonnées entre les gestionnaires de télécentres du Burkina et les responsables du site. Ce fut ensuite le départ pour Porto-Novo où la délégation Burkinabè est arrivée le 16 novembre après une escale à Cotonou.

Initialement, il était prévu de rallier directement Porto-Novo pour la nuit hélas, à cause d’un embouteillage monstre rencontré au niveau de Kalavi, la décision a été prise de rester à Cotonou et de continuer le lendemain dans la mesure où la journée du dimanche était sans activité en relation avec l’objet de la mission.
Le lendemain dimanche en fin de soirée, le cap a été mis sur Porto-Novo où les missionnaires sont arrivés à 18 heures 30 minutes. Tout de suite, ils ont été pris en charge par monsieur Ernest, chargé de l’accueil, de l’hébergement et de la restauration de Songhaï Porto-Novo. Des chambres ont été automatiquement attribuées au groupe qui, après avoir pris une douche, s’est retrouvé au restaurant avant de rentrer se coucher et se reposer des émotions de la journée.

Le lundi, 16 novembre 2009 à 8 heures 30 minutes, après le petit déjeuné et une harmonisation du programme de la journée avec monsieur Léonce SESSOU, coordonnateur du réseau des télécentres du Centre Songhaï, la visite des réalisations du site à débuté pour prendre fin aux environs de 11 heures 30 minutes.

Au cour de la visite, il a été donné aux leaders de télécentres du Burkina de voir que sur une superficie de 16 hectares, donc vingt fois plus petite que les sites de Parakou et de Savalou, toutes les activités déjà vues y est pratiqué avec en prime des ateliers pour la fabrication et le montage de matériels agricoles et de transformation.

Ainsi, la délégation Burkinabè a pu voir des plantation de toutes les espèces vues ailleurs, des aménagements pour la pisciculture, des installations pour la culture de champignons, des points d’élevage de volailles et d’autres espèces animales, des terminaux d’hébergement pour les pensionnaires (apprenants et stagiaires) et pour les visiteurs (installations hôtelières de haut standing), une installation de recyclage des déchets et eaux usées pour leur transformation en intrants et en énergies renouvelables (gaz, électricité), des bureau pour abriter la direction du projet Songhaï ainsi que d’autres points d’accès et installations techniques.

Il a été donné au groupe venu du Burkina Faso de visiter également le télécentre communautaire du site Songhaï de Porto-Novo qui se compose d’une salle de bureautique et de prise de vue numérique, d’une salle technique renfermant les serveurs du centre et les bureau des techniciens du projet Songhaï, d’une salle ventilée d’accès public à internet équipée d’une cinquantaines d’ordinateur et d’une salle climatisée pour les clients dit VIP. Le télécentre du site de Porto-Novo est aussi équipé d’un point d’accès WIFI qui permet aux visiteurs du site qui ont un ordinateur portable de pouvoir travailler directement sur leur appareil à tout moment sans se rendre dans le télécentre qui ferme ses portes à 22 heures, heure du Bénin(il y a un décalage horaire d’une heure avec le temps universel). Le télécentre communautaire de Porto-Novo est connecté à internet par l’ADSL.

Pour ces visites guidées, il faut noter qu’un pensionnaire du site a été désigné par le responsable pour conduire la délégation Burkinabé et répondre au fur et à mesure aux questions posées. Quant à la visite du télécentre, c’est monsieur Léonce SESSOU en personne qui l’a conduite afin de permettre aux gestionnaires et leaders de télécentres du Burkina d’avoir accès à toutes les installations techniques du centre (ce qui est un privilège que n’ont pas tous les visiteurs du site Songhaï de Porto-Novo).

Après ces visites guidées pleines d’enseignements, la délégation Burkinabè a été conduite dans une salle de conférence pour des échanges avec monsieur Léonce SESSOU qui, après avoir donné une communication magistrale d’une grande précision sur la philosophie du projet Songhaï, ses difficultés, ses acquis, son système de gestion et de fonctionnement ainsi que sur ses perspectives, s’est prêté aux questions du groupe afin de l’édifier sur les méthodes et stratégies mises sur pieds pour rendre une entreprise en générale et en particulier un télécentre rentable et pérenne à l’image de celui de Songhaï Porto-Nvo.

Ainsi, au cours de l’exposé et des échanges qui s’en sont suivi, il est ressorti que la rentabilisation et la pérennisation d’une action, en particulier celle d’un télécentre doit s’appuyer sur un certain nombre de piliers notamment :

- Un pilier social permettant de répondre aux questions suivantes : Les communautés locales sont-elles suffisamment engagées ?, Le télécentre dispose t-il d’une équipe suffisamment imprégnée des objectifs et capables de servir et de convaincre les utilisateurs ?, Y-a-t-il une capacité de positionner l’information comme un facteur de production pour accroître la capacité d’innovation des usagers afin qu’ils deviennent acteurs de leur propre épanouissement socio-économique ? i.e. des Entrepreneurs ?

- Un pilier technologique en se posant les questions de savoir si : La solution technologique est-elle appropriée aux conditions locales ?, La solution technologique permet-elle de développer les activités prévues ?, Est-elle facile à maintenir ?

- Un pilier économique pour déterminer si : Le télécentre peut-il produire assez des revenus suffisants pour couvrir ses coûts de fonctionnement et survivre ?

- Un pilier politique visant à déterminer si : Les entités locales, nationales et internationales apportent-elles leurs appuis ?

Au-delà de ce point particulier touchant à la pérennisation et à la rentabilisation des télécentres, il faut noter que monsieur Léonce SESSOU a abordé au cour de son exposé d’autres points portant sur la gouvernance, le choix des hommes, le suivi des activités et j’en passe.

Quant à la relation qui existe entre le télécentre de Porto-Novo et le site ainsi qu’avec les autres sites Songahi, il est ressorti des échanges qu’il rempli les mêmes fonctions que ceux visités à Parakou et Savalou et qu’il permet à l’équipe de coordination du projet Songhaï de superviser les activités des autres sites sans toujours avoir à faire un déplacement.

La visite et les échanges au site Songhaï de Porto-Novo s’est achevé aux environs de 15 heures avec une photo de famille et des achats au niveau de la boutique de commercialisation des produits finis du projet. Après coup, la délégation Burkinabè a quitté Porto-Novo pour Cotonou où elle devait visiter le télécentre de l’espace Québec.

Bookmark and Share


Ajouter un commentaire ou un message

Qui êtes-vous ?
Votre message

Rejoignez-nous sur   
facebook Burkina NTIC   twitter Burkina NTIC    Réseau social ning Burkina NTIC
Agenda des activités
Module 1 Formations Gestion de projets assistés par l’ordinateur Session 1.1- Entreprenariat avec les logiciels libres : de l’idée à (...)
 
Module 1 Formations Gestion de projets assistés par l’ordinateur Session 1.1- Entreprenariat avec les logiciels libres : de l’idée à (...)
 
wagues

C4C est une coalition d’ONG neerlandaise qui travaille dans le domaine de la Communication pour le changement dans plusieurs pays. cette vidéo montre une activitié d’apprentissage au Burkina avec ses partenaires.

Lettre d'information