Bobo-Dioulasso : Des acteurs de la société civile s’approprient le « Rochmetre »

« Rochmetre », l’outil opérationnel du programme de monitoring des politiques publiques par les TIC et le plaidoyer, est depuis jeudi 31 mars, présenté aux acteurs de la société civile, à travers un atelier à Bobo-Dioulasso. Présentation au terme de laquelle une feuille de route relative à l’évaluation des 100 jours de Roch Marc Chritian Kaboré sera adoptée. L’ouverture des travaux a été présidée par le secrétaire général de la région des Hauts-Bassins, Bernard Beba.

Les tendances lourdes des 100 jours du chef de l’Etat burkinabè, Roch Marc Christian Kaboré sont entre autres les koglwéogo (groupes d’auto-défense) comme réponse à l’insécurité, le traitement diplomatique des écoutes téléphoniques, la mise en place d’une unité spéciale anti-terroriste, l’acquisition de groupe électrogène pour faire face au délestage, le tramway comme réponse à la mobilité urbaine, l’utilisation des TIC comme outil de suivi des politiques publiques, etc…Ces données non exhaustives collectées par l’ONG Diakonia, permettront aux acteurs des organisations de la société civile – plus d’une cinquantaine -réunis à cet atelier de Bobo-Dioulasso d’adopter une feuille de route pour évaluer les 100 jours de Pouvoir du Président Kaboré, élu le 29 novembre 2015. Et c’est la plateforme dénommée « Rochmetre » qui permettra de mesurer régulièrement les performances du Président, les niveaux de respect de ses engagements et les réponses apportées à l’expression des préoccupations citoyennes. « Ce n’est pas une reddition de comptes. C’est justement pour voir si le programme annoncé pendant la campagne électorale et repris en grande pompe par le Premier ministre lors de sa déclaration de politique générale est lancé sur de bons rails », explique clairement Me Halidou Ouédraogo, coordinateur de la Convention des organisations de la société civile pour l’observation domestique des élections (Codel).

Pour mieux permettre les réflexions sur le suivi citoyen, des communications ont été présentées par d’autres ONG telles WaterAid. On retiendra, par exemple que 17 communes urbaines n’ont pas accès à l’eau potable au Burkina. Le Présimetre, selon les responsables de WaterAid est une chance qu’il faut absolument saisir. C’est pourquoi, ils s’engagent à apporter autant que possible leur contribution tant technique que financière. Et pourquoi pas mettre à la disposition de la Codel et de son partenaire Diakonia, de l’expertise pour atteindre notamment l’objectif d’accès à l’eau potable.

A la suite de WaterAid, les participants ont découvert la plateforme www.presimetre.bf, qui est un forum de veille citoyenne pour l’imputabilité politique et la redevabilité socio-économique. Il s’inscrira sur 5 ans, durée du mandat présidentiel. C’est à l’intérieur de cette plateforme qu’est inscrit le « Rochmetre ». D’autres contenus sur le suivi de la politique du gouvernement et les politiques prioritaires identifiés par le plan national de développement économique et social (PNDES) seront également disponibles sur la plateforme. Pour Alidou Ouédraogo, elle (la plateforme) offrira des réponses rapides sur le dysfonctionnement et des solutions aux problèmes posés par les citoyens. Ce serait un outil « important » pour les élus, qui au-delà de la légalité, à pouvoir travailler à se légitimer, gage d’une consolidation de la démocratie. Le plus important est, souligne Me Ouédraogo de pouvoir apprécier objectivement et sereinement les préoccupations citoyennes dans un contexte de terrorisme global et de remise en cause perpétuelle. Mats Hornsmar, chargé d’affaires et chef de coopération à l’ambassade de Suède au Burkina et Bernard Béba, secrétaire général de la région des Hauts-Bassins, ont pour leur part encouragé les acteurs à faire leur cette initiative pour une mise en œuvre optimale du PNDES.

Bassératou KINDO
Lefaso.net



Les plus récents de cette thématique