E-gouvernance

L’obsolescence programmée ou la mort précoce de nos équipements électroniques.

Selon le site http://obsolescence-programmee.fr/, L’obsolescence programmée est une stratégie visant à réduire la durée de vie d’un produit pour augmenter son taux de remplacement et provoquer un nouvel achat prématurément.

Pour Brooks Stevens, designer industriel américain, 1954. « C’est inculquer à l’acheteur le désir de posséder quelque chose d’un peu plus récent, un peu meilleur et un peu plus tôt que ce qui est nécessaire »
Cette situation est poussée à l’extrême dans notre monde moderne et on ne sait plus à quelle marque ou quel saint se vouer.

Nous sommes victimes de cette grande arnaque dans la consommation moderne et une réflexion profonde devrait être menée au niveau international et national pour freiner cette tendance. Par exemple, les européens ont pu interdire les cartouches à encre à puces qui vous obligent à changer de cartouche même si le contenu n’est pas vide. Il est également impossible de recharger la cartouche dans ces conditions. Même pleine, elle signalera qu’elle est vide et vous ne pourrez pas imprimer.
Vous achetez votre téléphone portable à coûts de milliers de francs et un beau jour, il vous lâchera sans crier gare. Le coût de la réparation est plus élevé que le prix d’achat d’un nouvel appareil. Vous êtes donc contraint de passer à la gamme supérieure ;
Quand votre appareil ne vous lâche pas, on vous en présentera une autre jugée plus classe et plus design. On vous martèlera le cerveau avec des publicités pour vous conduire à abandonner l’ancien sous prétexte de lenteur, de non performante …
Nous passons donc au stade de consommateur amnésique ou hypnotisé par les miroiteries des fabricants qui se concertent pour mieux nous déplumer.

Si en occident des courants de réflexion sur le sujet existe, on est au stade de tout neuf et de tout nouveau sous nos cieux. Comment expliquer à une personne qui n’a jamais possédé un téléphone fixe que le fait de changer de téléphone mobile chaque 6 mois ne ne rendra pas plus performant mais à coup sûr, sa poche se videra ?

Dans un contexte local où la possession d’un téléphone mobile type est synonyme de signe d’identification sociale, les fabricants ont de beaux jours devant eux. En effet, au Burkina, il est possible de reconnaitre une personne aisée par le nombre de téléphones derniers cri qu’ils possèdent dans sa main. Comment avoir et manipuler deux Smartphones et à quoi cela sert-il, sinon à frimer et à perdre son temps ?
Certains possèdent des téléphones minimalistes et on les appelle « non lotis », c’est-à-dire un téléphone adapté aux personnes vivant dans des zones reculées où il est difficile de trouver de l’électricité pour recharger son téléphone. Le succès de ces appareils a conduit mène les mieux nantis à se les procurer, fatiguée de plus passer le temps à recharger leurs téléphones qu’à travailler.

Il serait intéressant que nous pensions à mettre en place un observatoire sur l’obsolescence programmée afin d’aider aux choix d’équipements plus durables et plus respectueux de l’environnement.

Imaginez que toute l’administration Burkinabè utilise le même type d’imprimante. On pourra économiser sur la maintenance, les cartouches d’encre et pleins d’autres choses. On pourrait même penser à mettre en place un centre de fabrication de certains composants. Un litre d’encre en couleur coute plus de 500.000 fcfa et on peut pourquoi pas travailler à synthétiser l’encre au niveau régional avec toutes les plantes naturelles que nous avons. Je me rappelle que les premières imprimantes à jet d’encre, j’ai pu bricolé pas mal d’encres avec d’autres produits et les résultats étaient encourageants.

On économisera des millions de francs et on créera en même temps de l’emploi avec les ateliers de réparation spécialisés qui ne vont plus se concentrer sur des dizaines de marques différentes.


Dr Sylvestre Ouédraogo
Enseignant chercheur UO 2
Responsable Yam Pukri

Pour aller en profondeur sur le sujet :

http://obsolescence-programmee.fr

http://www.halteobsolescence.org/

Dans la même rubrique

Dans d'autres rubriques

Conservations parents professeurs : Les questions que l’on pose à un pauvre enseignant en début de rentrée, monsieur, ma fille, mon fils a eu son (...)
Vous recevez souvent des PDF et vous devrez les remplir parfois manuellement, parfois électroniquement. vous faites souvent du copier coller et (...)
L’Université Ouaga 2 a célébré ses meilleurs étudiants au cours d’une cérémonie organisée, ce mardi 3 octobre 2017, en partenariat avec l’ONG sud-coréenne (...)
Comme chaque année Yam-Pukri a une fois de plus respecté la tradition en accueillant pendant trois semaines ( 07 au 30 Aout 2017) des jeunes de 12 (...)
En tant que blogueur, j’ai été interpellé en off sur certains sujets. On me demande mon avis sur certaines choses dont la question du FCFA. Je ne (...)
Après l’ordinateur calebasse, les tapis de souris en cuir Burkinabè, les sacs d’ordinateurs en cuirs et en tissu Bogolan, la cellule technique et (...)
Une unité centrale avec une carte Ncomputing, 6 écrans, des claviers et souris, tel est le lot de matériels que Yam Pukri a remis à l’association (...)
Un groupe de jeunes conduit par Wendpanga Roger Zoundi, un Ingénieur des données en formation, s’est formalisé en association avec Conseil (...)
L’analyse de la situation alimentaire de l’Afrique fait ressortir un état paradoxal. Malgré les immenses potentialités dont dispose le continent (...)

Recherche

Nous suivre

Nos dernières actualités sur les réseaux sociaux


S'abonner à la newsletter

Partenaires

Nos thématiques

Mots clés Agriculture

Mots clés Education

Mots clés Gouvernance

Mots clés Innovation

Mots clés Jeunesse et emploi

Mots clés Partenaires

Mots clés Thématique Vidéos

Mots clés TIC