E-agriculture

WaziUp : Promouvoir l’Internet des Objets en Afrique

Le programme subsaharien WAZI UP, destiné à promouvoir l’utilisation de l’Internet des objets (IdO) dans le monde rural en Afrique, a été lancé début février à Dakar par le CTIC, l’incubateur sénégalais spécialisé dans les technologies de l’information et de la communication.

Financé par l’Union européenne à hauteur de 3 millions d’euros pour une période de trois ans, Wazi Up regroupe des acteurs de quatre pays africains et cinq pays européens et vise à aider à lancer des applications pratiques dans des secteurs comme l’agriculture, l’irrigation, l’élevage, la pisciculture ou la gestion de l’eau.

L’initiative, également appelée "Open innovation platform for IoT-Big data in sub-saharan Africa", fait partie du Programme Horizon 2020 de l’Union européenne pour la recherche et l’innovation.

L’Internet des objets représente les échanges d’informations et de données provenant de dispositifs présents dans le monde réel vers le réseau Internet.

Considéré comme la troisième évolution du web, il contribue à une progression fulgurante de la masse de données créées sur le réseau (big data).

Le concept du programme Wazi Up est simple : il s’agit de montrer que les objets connectés sont accessibles, pratiques et pas chers.

Pour cela, certains concepts vont être expérimentés par ces centres de recherche comme les universités Gaston Berger de Saint Louis (Sénégal), de Bobo Dioulasso (Burkina Faso) ou de Pau (France).

"En plus nous allons former des accélérateurs, des points-relais et organiser des manifestations au cours desquelles les PME doivent s’approprier ces concepts et ces outils", explique Philippe Cousin, PDG d’Easy Global Market, la structure qui a identifié les parties prenantes et qui est chargée de la mise en œuvre du programme.

"Les acteurs ont été choisis sur la base de projets encourageants existants sur place ou de cas opérationnels et réels", poursuit Philippe cousin.

"Nous avons deux pays assez forts, à savoir le Sénégal (Ctic, Université Gaston Berger, Coders4Africa) et le Ghana (Farmerline et iSpace Foundation) et deux pays satellites comme le Togo, via l’incubateur Woelab et le Burkina Faso, représenté par l’Université Polytechnique de Bobo".

L’ONG Coders4Africa, membre du programme, va créer une plateforme technique regroupant toutes les applications basées sur l’internet des objets, en vue de contribuer à l’amélioration des conditions de travail de l’écosystème rural d’Afrique subsaharienne.

Les développeurs seront invités à créer de nouveaux outils et à partager les meilleures pratiques, tout en encourageant l’entrepreneuriat et la naissance de start-ups.

"Pour notre part, il s’agira notamment de répondre à certaines problématiques comme le vol de bétail ou l’agriculture de précision, grâce à des capteurs que nous allons installer pour collecter des données", précise Ousmane Thiaré, directeur du centre de calcul de l’Université Gaston Berger de Saint-Louis.

Et de poursuivre : "Il doit être possible ainsi de suivre par exemple les mouvements d’un troupeau, grâce à des capteurs. L’UGB a une ferme agricole expérimentale où nous pourrons tester l’agriculture de précision en nous basant sur des capteurs qui vont donner des informations sur la température, l’humidité et le potentiel hydrogène (ph) du sol. Ainsi on va atténuer le gaspillage de l’eau et augmenter les rendements".

Les capteurs qui coûtent à peine 2 euros l’unité seront achetés en France et aux Etats Unis. Un dispositif complet peut varier autour de 40 euros.
Le signal va passer essentiellement par le réseau wifi, pour amoindrir les coûts, selon les explications des acteurs de Wazi Up.

http://www.scidev.net/afrique-sub-saharienne/tic/actualites/waziup-promouvoir-internet-des-objets-en-afrique.html

Dans la même rubrique

logo

Dans d'autres rubriques

L’Université Ouaga 2 a célébré ses meilleurs étudiants au cours d’une cérémonie organisée, ce mardi 3 octobre 2017, en partenariat avec l’ONG sud-coréenne (...)
La seconde édition du challenge Digital Africa vient d’être lancée. Le concours d’innovations qui vise à relever le défi de la transition numérique en (...)
C’est parti pour les COFAN, les Conférences au Faso sur le Numérique. Organisé par le ministère du développement de l’économie numérique et des postes (...)
Le président directeur général de « BAKOU LOGISTICS », Mamadou Banakourou Traoré, vient de lancer une pétition afin que l’Assemblée nationale adopte une (...)
Comme chaque année Yam-Pukri a une fois de plus respecté la tradition en accueillant pendant trois semaines ( 07 au 30 Aout 2017) des jeunes de 12 (...)
En tant que blogueur, j’ai été interpellé en off sur certains sujets. On me demande mon avis sur certaines choses dont la question du FCFA. Je ne (...)
Après l’ordinateur calebasse, les tapis de souris en cuir Burkinabè, les sacs d’ordinateurs en cuirs et en tissu Bogolan, la cellule technique et (...)
Une unité centrale avec une carte Ncomputing, 6 écrans, des claviers et souris, tel est le lot de matériels que Yam Pukri a remis à l’association (...)
Un groupe de jeunes conduit par Wendpanga Roger Zoundi, un Ingénieur des données en formation, s’est formalisé en association avec Conseil (...)

Recherche

Nous suivre

Nos dernières actualités sur les réseaux sociaux


S'abonner à la newsletter

Partenaires

Nos thématiques

Mots clés Agriculture

Mots clés Education

Mots clés Gouvernance

Mots clés Innovation

Mots clés Jeunesse et emploi

Mots clés Partenaires

Mots clés Thématique Vidéos

Mots clés TIC