Analyse de la facebooksphère au Burkina Faso ces trois derniers mois. Les grandes tendances

Le PNDES  : jamais une stratégie ou programme de développement n’a fait couler autant d’encre et d’espoirs ; la promesse des milliards tourne tellement la tête des Burkinabès qu’ils rêvent débout. J’espère que tout se passera bien et que la bonne gouvernance sera à l’ordre du jour dans les actions du PNDES.
Silence, on tue : stupeur, effroi et découragement face à la montée des bandits au Nord : des écoles se ferment, des soldats sont froidement abattus.
On peut dire que cette tendance a changé avec la victoire récente de nos soldats qui ont remis les pendules à l’heure. Les diseurs de mauvaises nouvelles sont découragées ainsi que les bandits qui ont subit une lourde perte. De grâce, ne publiez pas les noms de ces bandits , vous en faites de pauvres héros et ils font leurs petits malins.

Le football bat son plein, pas le football Burkinabè, mais, européen, on se croirait presque en compétition tellement l’opium football entraine les gens. Les Burkinabès connaissent plus les détails sur les équipes européennes que ce qui se passe dans leurs villages. D’après que si certaines équipes perdent, on prive de dîner toute la famille. Ils ont donc intérêt à supporter et à prier pour que l’équipe de tonton gagne.

Stupeur et étonnement quand à la mission du CODER pour aller voir l’ancien locataire de Kossyam. On voit que les Burkinabès sont fâchés et dégoutés contre ce groupuscule en mal de gloire, mais, on oublie que le chien suit son maître partout, même s’il devient pauvre et n’a plus rien jusqu’à la mort. On n’y peut rien ; c’est la réalité animale.

Autres tendances : le phénomène Rango sur les réseaux sociaux et dans les phones des Burkinabès ; une jeune Burkinabè aux Etats Unis s’est amusé à traduire ce dessin animé en mooré, une de nos langues. Le phénomène devient viral. Comme le dit un de mes amis facebooker, A. Roger « on est stressé par la vie chère, le malheureux MD et le tâtonnement éhonté des cassiques du mpp. Rango nous detend et on oublie un temps soit peu nos petits bobos... bon vent à ce champion, vive la jeunesse consciente et entreprenante ».
Vivement que ce jeune continue à nous distraire et que l’on l’aide à faire des vidéos amusantes dans le domaine du développement.

La vente des produits locaux Burkinabès sur les réseaux sociaux commence à prendre un peu d’envol. Continuons de ce pas et on construira une vraie e-économie

La nouveauté sur facebook est de pouvoir publier en texte riche (couleurs, forme…). On remarque trop d’abus de ce côté. Des phrases sans verbes, sans sens, de nouveaux poètes voient le jour et débitent du n’importe quoi. J’espère que le phénomène va se calmer, sinon, on va commencer à virer certains amis(es) qui sont trop addicts et passent le temps à écrire du n’importe quoi.

Pendant ce temps, les nombrileurs ( ceux qui passent leurs temps à poster leurs photos) continuent à montrer leurs visages à chaque angle de rue sans même faire un commentaire sur le lieu et l’évènement et les Keneurs continuent à faire leurs business sur les groupes de vente d’articles divers, mais, on commence à avoir marre des ventes des téléphones et autres quincailleries, vendez plus nos produits locaux.

Ainsi va le Faso numérique avec ses hauts et ses bas, mais, on avance. God Bless.

Osylv



Les plus récents de cette thématique