Dev-Blog

Les questions que l’on pose à un pauvre enseignant en début de rentrée, monsieur, ma fille, mon fils a eu son bac. quelle filière est bien ?

Conservations parents professeurs : Les questions que l’on pose à un pauvre enseignant en début de rentrée, monsieur, ma fille, mon fils a eu son bac. quelle filière est bien ?

Réponse prof  : mon frère, toutes les filières sont bonnes et porteuses. cela dépend de l’intérêt de ton enfant. il ne faut pas attendre qu’il gagne le bac avant de gratter ta tête pour le caser. il faut commencer à le préparer depuis son école primaire en étudiant son attitude et ses aptitudes. laisse le aller là où il veut. la première année est un test. il trouvera ses repères et changera au cas où.

Qui voulait faire le droit et le journalisme ? maintenant, regarde combien sont ministres et l’un des plus riches, c’est un journaliste ou communicateur d’après.
Ne sois pas pressé qu’il finisse l’école vite, mais soit pressé qu’il réussisse bien. Certains finissent vite mais, trainent une dizaine d’années après parce qu’ils ont étudié dans un domaine qui ne les plait pas. on les appelle les diplômés végétatifs.

Parent d’élève : autre chose, moi, même, je veux faire un master, lequel est bien ?
Professeur Alors, mon frère, c’est vous les travailleurs qui nous crée des problèmes et vous préparez le chômage dans nos universités ?

Parent d’élève : Pourquoi ?

Professeur : simple

Parent d’élève pourquoi simple ?

Professeur : Reste tranquilos je vais t’expliquer. Vous les travailleurs, vous voulez des masters prêts à porter, des masters chaussettes, des masters qui correspondent exactement à ton profil professionnel pour te faire monter en grade. Ce sont des masters suicidaires pour les jeunes, je suis ûr que tu ne veux pas laisser ta place aux jeunes, c’est pour cela tu veux bricoler avec un master bidon et tu es prêts à prendre un crédit pour ca.
Avant, on avait deux options en économie : planification ou gestion. Ca marchait bien mais, dans la vie pratique, tu retrouvais des planificateurs gestionnaires et vice versa et ca marchait bien. regarde maintenant : 150 options différentes pour le même problème : le développement.

Parent d’élève : Ahh bon ?
Professeur  : Ahh oui
Parent d’élève : Pourquoi ?
Professeur : Simplement parce que on a pas besoin de 20 masterisés en Droit des enfants albinos et pas plus de 10 masterisés en droit de la femme du Nord ou pas plus de 2 masterisés en droit de l’eau de forage. En revanche on a besoin de 1000 en droit tout court.

C’est la même chose en économie, Si un étudiant fait un master en économie des matières non ligneuses, c’est mal barré pour lui parce que ca correspond à une ou deux demandes. si on cherche un qui a un master en économie agricole, on ne va pas le prendre, si on cherche un professeur de math, si on cherche un économiste de l’eau, on ne le prendra pas alors qu’il a fait plus de mathématiques que les autres.

Les dénominations de masters sont ronflantes, mais, le contenu diffère peu entre des masters d’une même discipline. c’est à peine deux ou trois matières qui les diffère souvent même par de simples coefficients. si tu n’est pas paresseux, tu peux lire des bouquins et t’autoformer pour être meilleur si c’est vraiement le Burkina que tu veux aider, oubien, tu cherches des papiers ?

Parent d’élève c’est comme ca ?
Professeur Oui, vous les travailleurs, comme vous avez l’argent pour payer, vous nous influencez. c’est maintenant du pur business. laissez nous avec vos masters chaussettes.

A bon entendeur.

Sylvestre Ouédraogo

Dans la même rubrique

logo

Dans d'autres rubriques

« Innovation numérique pour la transformation structurelle de l’économie et de la société », tel est le thème de la 14ème édition de la Semaine Nationale (...)
La numérisation de la chaîne de valeur a transformé les transactions commerciales dans le secteur de l’agriculture. Les codes-barres avaient été une (...)
Le Burkina Faso a été réélu membre du Conseil d’administration de l’Union Africaine des Télécommunications (UAT). C’était le 17 août 2018 à Nairobi, dans (...)
Comme solution technologique au terrorisme et au grand banditisme, Brice Clovis Kaboré, ingénieur burkinabè résidant au Canada, et d’autres (...)
CONCOURS PITCH AGRIHACK BURKINA 2018 Objectif global Les objectifs ultimes du concours consistent à développer les services des jeunes start-ups (...)
Ce vendredi 27 juillet 2018, Aminata Ouédraogo, étudiante à l’Institut panafricain d’études et de recherche sur les médias, l’information et la (...)
L’Internet est désormais incontournable dans le fonctionnement des institutions. Seulement, sa gouvernance pèche par endroits, du fait des (...)
La Banque mondiale soutient le Programme national d’investissement agricole (PNIA) à travers son volet e-agriculture. Cette agriculture numérique, (...)
Pour Ken Lohento, de la documentation à l’agriculture, il n’y a qu’un pont : les technologies de l’information et de la communication. A 44 ans, il (...)

Recherche

Nous suivre

Nos dernières actualités sur les réseaux sociaux


S'abonner à la newsletter

Partenaires

Nos thématiques

Mots clés Agriculture

Mots clés Education

Mots clés Gouvernance

Mots clés Innovation

Mots clés Jeunesse et emploi

Mots clés Partenaires

Mots clés Thématique Vidéos

Mots clés TIC