Burkina Faso

Tourisme

Les richesses culturelles du Burkina alliées à sa situation géographique fait du Burkina Faso l’une des principales destinations touristiques de l’Afrique de l’Ouest.
Situé au cœur de l’Afrique occidentale à la lisière de la savane et du sahel, le Burkina Faso est un pôle d’attraction touristique pour des milliers de personnes.
Les mois de juillet et d’août constituent la période de tourisme, mais l’intervalle de novembre à avril s’impose de plus en plus à cause de la programmation des grandes manifestations culturelles et de la chasse qui a lieu dans ce laps de temps.
En 2013, le Burkina Faso a accueillie 217988 visiteurs venant d’horizons divers.
En moyenne entre 2008 et 2012, les arrivées au motif « affaires et motifs professionnel » a représenté 60,19% des arrivées. (Source : Direction de la Prospective et de l’Intelligence Economique, note sectorielle sur le tourisme, octobre 2014)

Les sites touristiques

Les formes de tourisme sont variées et vont de l’écotourisme et cynégétique au tourisme culturel (SIAO, FESPACO, NAK, SNC…) d’affaires et de congrès (pôle de rencontre sous régionale et internationale, grandes salles de conférences, hôtels de grands standing).
Le territoire est divisé en quatre zones touristiques aussi riches les unes que les autres.

- La zone du centre comprenant la capitale et les régions du Plateau central, du Centre-Ouest et du Centre-sud. On y trouve le musée national, le musée de la musique, le village artisanal, les monuments et les architectures traditionnelles, le Centre artisanal d’artisanat d’art, la sculpture sur granite de Laongo, les mares aux crocodiles sacrés de Sabou, Bazoulé et le ranch de gibier de Nazinga et le musée de Manéga… C’est la zone du tourisme d’affaires, de congrès et culturel.

- La zone de l’ouest qui comprend les régions des Hauts Bassins, des cascades, du Sud-Ouest et de la Boucle du Mouhoun. C’est l’aire du tourisme de découvertes et de villégiature car regroupant de nombreux sites naturels et de nombreuses traditions séculaires s’y pratiquent toujours. On y dénombre plusieurs sites touristiques tout aussi attrayants les unes que les autres. Il s’agit entre autre de la ginguette, les mares aux Hippopotames, les villages troglodytes de Koro, Pala, de Koumi, les ruines de Loropenie, le musée de Gaoua, le mont ténakourou, les cascades de Banfora…

- La zone de l’Est est la zone de tourisme cynégétique et de vision par excellence. Elle abrite de nombreux parcs et réserves nationaux : parc d’Arly, de W, les réserves de Pama. De nombreuses espèces fauniques africaines tels que les lions, les hippopotames, les bubales, les buffles, les éléphants, les panthères…

- La zone du sahel est très favorable au tourisme d’aventure et de raids. On peut y visiter les mosquées de Bani, des sites d’orpaillage, les dunes d’Oursi, le village de Tin’Akof, les peintures rupestres de Pobe Mengao et de Arbinda. Les marchés multicolores de Gorom et de Markoye.

Les grands évènements culturels

Au Burkina Faso, la vie est rythmée en grande partie par des manifestations culturelles.
Les autorités aussi bien que le privé se donnent le devoir de stimuler la créativité et de faire connaitre le patrimoine artistique du pays. Pour ce faire il existe une gamme variée de festivals et autres manifestations culturelles : le SIAO, le FESPACO…
Des orchestres traditionnels et troupes de danse du pays en passant par des expositions d’art et d’artisanat. Ainsi, chaque communauté ethnique du Burkina Faso a ses modes d’expression artistique et culturelle liés à son histoire, son environnement, son système de valeurs et sa vision du monde. En guise d’illustration nous avons les Nuits Atypiques de Koudougou (NAK), Semaine Nationale de la Culture (SNC), les Kundé (Trophées de musique), Festival des Arts(FAR), les Rencontres Internationales de Ouagadougou (RICO) qui ambitionnent de réunir régulièrement les hommes de culture autour de thématiques choisies en fonction de l’actualité.

Les hôtels

Au Burkina Faso et surtout à Ouagadougou plusieurs grands hôtels de niveau de conforts divers existent.

- Laico Ouaga 2000 : 250 chambres climatisées ; 5 étoiles.
- Golden Tulip Silmandé : 170 chambres climatisées dont de 2 suites présidentielles, 5 étoiles.
- Splendid hôtel : 144 chambres climatisées dont 12 suites présidentielles et 8 suites juniors toutes équipées de salle de bain, de réunion, de restaurants-bars etc. et aussi Pacific hôtel, Eden Park, le Palm Beach, Royal palm, Ok inn, le Yibi, Lagon Lodge…
- La capitale économique Bobo Dioulasso possède également de bons établissements pour accueillir des touristes et des hommes d’affaires. Il s’agit principalement de Palace Hôtel 254 chambres, bar-restaurant, piscine, salle de conférence et d’une Auberge de 40 chambres, bar, restaurant, piscine, salle de conférence.
- Au total le pays dispose de plus 185 établissements hôteliers avec une capacité de plus de 4000 chambres.
- Les villes moyennes abritant de sites touristiques disposent d’auberges et des campements d’habitation au confort de différents niveaux pour héberger les touristes.

Venir au Burkina Faso

Pour venir au Burkina Faso, la possession d’un passeport en cours de validité est nécessaire. Les formalités pour l’obtention d’un visa peuvent s’obtenir au près des ambassades du Burkina, mais un billet aller-retour est nécessaire.

Seuls les ressortissants de la CEDEAO n’ont pas besoin de visa. La carte de voyage CEDEAO suffit.

Plusieurs compagnies aériennes desservent le Burkina Faso, il s’agit entre autre d’Air France, Air Ivoire, Ghana Airways, Compagnie Aérienne du Mali(CAM), Air Burkina…

Par voie terrestre, le Burkina Faso à travers sa capitale Politique est relié à l’ensemble des capitales des pays frontaliers par des bitumes. Il s’agit de Bamako (Mali), Niamey (Niger), Cotonou (Benin), Lomé (Togo), Accra (Ghana) et Abidjan (Côte d’Ivoire). Des compagnies de transport tels que TCV, STAFF, STMB…. relient les capitales de la sous région.

Dans la même rubrique

Dans d'autres rubriques

L’Université Ouaga 2 a célébré ses meilleurs étudiants au cours d’une cérémonie organisée, ce mardi 3 octobre 2017, en partenariat avec l’ONG sud-coréenne (...)
La seconde édition du challenge Digital Africa vient d’être lancée. Le concours d’innovations qui vise à relever le défi de la transition numérique en (...)
C’est parti pour les COFAN, les Conférences au Faso sur le Numérique. Organisé par le ministère du développement de l’économie numérique et des postes (...)
Le président directeur général de « BAKOU LOGISTICS », Mamadou Banakourou Traoré, vient de lancer une pétition afin que l’Assemblée nationale adopte une (...)
Comme chaque année Yam-Pukri a une fois de plus respecté la tradition en accueillant pendant trois semaines ( 07 au 30 Aout 2017) des jeunes de 12 (...)
En tant que blogueur, j’ai été interpellé en off sur certains sujets. On me demande mon avis sur certaines choses dont la question du FCFA. Je ne (...)
Après l’ordinateur calebasse, les tapis de souris en cuir Burkinabè, les sacs d’ordinateurs en cuirs et en tissu Bogolan, la cellule technique et (...)
Une unité centrale avec une carte Ncomputing, 6 écrans, des claviers et souris, tel est le lot de matériels que Yam Pukri a remis à l’association (...)
Un groupe de jeunes conduit par Wendpanga Roger Zoundi, un Ingénieur des données en formation, s’est formalisé en association avec Conseil (...)

Recherche

Nous suivre

Nos dernières actualités sur les réseaux sociaux


S'abonner à la newsletter

Partenaires

Nos thématiques

Mots clés Agriculture

Mots clés Education

Mots clés Gouvernance

Mots clés Innovation

Mots clés Jeunesse et emploi

Mots clés Partenaires

Mots clés Thématique Vidéos

Mots clés TIC