Vie du réseau

Filière karité : A la recherche d’un secteur plus compétitif

La Table filière karité (TFK) a organisé,le lundi 22 septembre 2014 à Ouagadougou, un atelier d’adaptation de la filière karité à la loi n°050-2012/AN du 30 octobre 2012, portant règlementation des organisations interprofessionnelles des filières agricoles, sylvicoles, pastorales, halieutiques et fauniques au Burkina Faso.

1991-2014, cela fait vingt quatre ans que les acteurs de la filière karité tentent de combler le vide laissé par la dissolution de la Caisse de stabilisation des prix des produits agricoles (CSPPA). De ces tentatives, a été créée l’interprofession Table filière karité (TFK) en 2009. En 2012, l’Etat a adopté et promulgué la loi n°050-2012/AN, portant réglementation des organisations interprofessionnelles des filières agricoles, sylvicoles, pastorales, halieutiques et fauniques au Burkina Faso. Le 22 septembre 2014 à Ouagadougou au cours d’un atelier de concertation et d’orientation, la Table filière karité(TFK) a été adaptée à ladite loi. En effet, à ce présent atelier, il s’est agi, de définir le modèle de structuration de l’interprofession allant des villages à la nation en passant par les communes et régions, déterminer la démarche et l’approche à utiliser pour la mise en place des structures faîtières et identifier les activités à mener, ainsi qu’un chronogramme de réalisation.

Pour la représentante de la présidente de la TFK, Félicité Yaméogo, il a été question de déterminer une feuille de route permettant aux acteurs et à leur interprofession de se conformer à la loi sur les interprofessions afin de se donner les moyens juridiques, financiers, matériels et humains indispensables pour mieux apporter leur contribution au développement de la filière karité au Burkina Faso. Et le secrétaire général du Ministère de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat (MICA), Bernard Zougouri, de poursuivre que cette adaptation à ladite loi devrait permettre à la filière karité de mieux jouer sa partition dans le développement de la compétitivité et dans la promotion des produits de la filière.

A cet effet, « la loi vient opérationnaliser la volonté politique du gouvernement de responsabiliser les acteurs directs des différentes filières pour porter les défis qui sont les leurs. Et à travers ce texte de loi, l’Etat reconnaît aux acteurs, la possibilité de participer à l’élaboration et à la mise en œuvre desdites politiques », a souligné Mme Yaméogo. Notons que la TFK est structurée en trois maillons. Le maillon de la production qui regroupe des collecteurs d’amandes de karité et de productrices de beurre de karité. Ensuite, le maillon de la transformation. Il est constitué de petits transformateurs et des transformateurs industriels. Enfin, le maillon de la distribution, qui comprend les collecteurs commerçants et exportateurs d’amandes, de beurre et des autres produits dérivés.

SIDWAYA.
Fleur BIRBA
lafleuribiscuis@yahoo.fr

Dans la même rubrique

Dans d'autres rubriques

Avec le Web et surtout les réseaux sociaux, la prudence doit être de règle pour éviter de trop contaminer la toile en fausses informations et (...)
C’est parti pour les séances d’informations sur l’Exécutive Master en Politiques et Pratiques de Développement (DPP-Afrique Francophone). Le DPP est un (...)
Formation des jeunes entrepreneurs agricoles en TIC et utilisation des médias sociaux pour le développement de l’agriprenariat et l’accès au marché. (...)
Ouaga lab, incubateur dans le domaine de la technologie au Burkina, est aussi présent à la Semaine nationale de l’Internet (SNI) pour présenter ses (...)
« Innovation numérique pour la transformation structurelle de l’économie et de la société », tel est le thème de la 14ème édition de la Semaine Nationale (...)
La numérisation de la chaîne de valeur a transformé les transactions commerciales dans le secteur de l’agriculture. Les codes-barres avaient été une (...)
Le Burkina Faso a été réélu membre du Conseil d’administration de l’Union Africaine des Télécommunications (UAT). C’était le 17 août 2018 à Nairobi, dans (...)
Comme solution technologique au terrorisme et au grand banditisme, Brice Clovis Kaboré, ingénieur burkinabè résidant au Canada, et d’autres (...)
CONCOURS PITCH AGRIHACK BURKINA 2018 Objectif global Les objectifs ultimes du concours consistent à développer les services des jeunes start-ups (...)

Recherche

Nous suivre

Nos dernières actualités sur les réseaux sociaux


S'abonner à la newsletter

Partenaires

Nos thématiques

Mots clés Agriculture

Mots clés Education

Mots clés Gouvernance

Mots clés Innovation

Mots clés Jeunesse et emploi

Mots clés Partenaires

Mots clés Thématique Vidéos

Mots clés TIC